Biofuelwatch briefing à propos de la proposition d’EDF de transformer les centrales de Cordemais et du Havre en déchets de bois ou déchets mixtes

La centrale de Cordemais

La proposition d’EDF de transformer les centrales de Cordemais et du Havre en déchets de bois ou déchets mixtes: un cheval de Troie pour brûler du charbon et du bois de la forêt après 2022?

Téléchargez le briefing ici.

Le gouvernement français s’est engagé à supprimer progressivement le charbon d’ici 2022. Pour EDF cela signifierait la fermeture de ses centrales à charbon en France : l’une à Cordemais, dans le département de Loire-Atlantique (capacité de 1 200 MW), l’autre au Havre, en Normandie, (capacité de 600 MW). Afin d’éviter la fermeture de ces succursales, ce qui engendrerait la perte de deux sources financières lucratives, EDF propose de les convertir en centrales à biomasse et/ou à déchets mixtes.

Depuis que la centrale de Provence 4, à Gardanne, a été convertie en incinérateur de copeaux de bois forestier, les impacts sur les forêts et les autres industries du bois suscitent de plus en plus d’inquiétudes. Le gouvernement a déclaré qu’il préférait utiliser la biomasse dans des centrales mixtes (thermiques et électriques) efficaces et de petite taille. Dans ce contexte, il est question de la combustion de granulés fabriqués à partir de déchets de bois, de «déchets verts», y compris de résidus forestiers domestiques, et éventuellement de pastilles fabriquées à partir de déchets mixtes.

Même si elle serait techniquement possible, cette situation serait néanmoins grandement problématique : effectivement, transformer les centrales à charbon en incinérateurs de déchets au lieu de les fermer n’est ni durable ni écologique, et brûler de grandes quantités de résidus forestiers nuit aux forêts ainsi qu’aux autres industries dépendantes de ce bois.

Toutefois, tel que démontré dans ce topo, il n’est techniquement pas possible de convertir des centrales électriques telles celles situées à Cordemais et au Havre en déchets mixtes en combustion, ni aucun type de biomasse autre que des granulés de bois vierge de haute qualité. EDF a mentionné son désir de brûler des granulés torréfiés ou noirs, faits à partir de déchets de matières premières. Pourtant, malgré des décennies d’efforts de la part de l’industrie et des chercheurs, personne n’a réussi à produire des quantités de granulés torréfiés à une échelle commerciale et n’a pas été en mesure d’exploiter de telles installations sur une base continue. EDF se doit d’être au courant.

Lire la suite ici

Facebooktwittermailby feather